samedi 12 mars 2016

Veillée de nuit

A toi, veillée de nuit,
Lueur d'un moment passé.
Ne même plus savoir ce que l'on dit.
Rires mais larmes cachées.
Pourquoi ne pas te les montrer ?
C'est une pudeur que je préfère que tu découvres.
Oh ! Tu peux compter sur mon honnêteté,
Mais tu connais ces cœurs scellés,
Qui d'une tocade s'entrouvrent.
Et le chemin de la raison,
Me dit que même passion,
Ne doit pas gâcher mes ruines.
Même si ta voix les illumine.
A toi, bougie de notre solitude.
Changeons donc nos habitudes