mardi 12 avril 2016

12 avril

Tendre cousine, que j'ai connu petite,
Ta jolie trombine, et le temps qui fuite.

Maintenant, nous voilà grands. Adultes.
Avec nos souvenirs d'enfants, en tumulte.

Ta vie si prenante et si riche,
Comme le comté où tu te niches.

Belle carrière pour une duchesse,
Mais si loin de notre Bretagne.
Mon cœur y voit nostalgie et tristesse,
Je souhaite tellement que tu la regagnes.

Notre tendre Terre de famille.
Et cette mer pour qui tu brilles.

Voici un nouveau printemps.
Un très bel événement.

Qu'il t'apporte ta réussite.
Et que tu nous reviennes très vite.