dimanche 13 mai 2018

L'Ange du Cœur

Âme sœur que je retrouve inexistante,
Notre cœur sous ta coupe, notre destin.
Ô combien les années t'ont rendue patiente.
Et de mœurs en mon sein, tu guides nos mains.

Car point de corps, tu n'as besoin.
Juste ta voix, l'or de tes conseils,
Personne n'entend, et alors ? Tu nous surveilles.
Tu me protèges et attends. Une prise de soin.

Je fonds de ta douceur,
Tu sondes toutes mes peurs,
Et allège chaque instant.
Beauté d'un ange en son chant.

Harmonie de notre fusion,
Égérie de la justesse.
Qui comprend mieux notre passion ?
Et âme élevée en toute finesse.

La voilà arrivée, ta délicatesse.